Perlimpinpinologie, humour et philosophie

Humour, littérature, science, poésie, philosophie... Petits textes de perlimpinpinologie, domaine d'étude imaginaire se trouvant à l'intersection de tas de choses. Auteur Michel DALMAZZO.

02 juin 2015

Question de goût

Tous ceux qui me lisent seront intéressés d’apprendre la composition chimique du corps humain (s’ils ne la connaissent déjà). Non seulement parce qu’ils ont un tempérament curieux, sensible et intelligent, mais aussi parce qu’ils sont, dans leur grande majorité, des êtres humains. 
(Je précise, pour ne froisser personne, que je respecte tout autant les êtres non-humains qui font partie de mon lectorat, mais ceux-là sont d’une composition que je ne saurais détailler). 

analyse

Voici donc ce beau résultat : 
- 61.2% d'eau,
- 17% de protéines,
- 13,8% de lipides,
- 1.5% de glucides
- 6,1% de sels minéraux

Je sais bien que le total ne fait pas 100% mais les 0.4% manquants sont un strict minimum pour traduire la part inconnue de l'homme.

Quelques précisions seront peut-être utiles.

Les protéines sont le nom générique qu'on donne à une grande variété de muscles de toute sorte : biceps, abdominaux, fessiers, langue, joues, pénis, et autres morceaux de choix.
Les lipides constituent la grande famille des matières grasses : bourrelets, cellulite, culotte de cheval, bedon, et rondeurs diverses.
Les glucides désignent l’ensemble des produits auxquels les dentistes doivent l’essentiel de leur activité, à savoir les sucres.
Quant aux sels minéraux, ce sont des résidus de fabrication qui datent de la Création. Ils prouvent, s’il en était besoin, que l'Homme sort bien d’un terrain vague.

Ces chiffres donnent la composition du potage que l’on obtiendra si l’on met dans un broyeur géant un corps humain complet, c'est-à-dire sans en écarter de partie, serait-elle moins noble que les autres.
Bien entendu, la présence normale de tous les organes dans leur état d’origine (nombre de dents, de bras, de jambes, d’yeux…) aura été préalablement vérifiée; les habits, lunettes, bijoux, et téléphones portables retirés; l’estomac, les intestins et la vessie soigneusement vidés; les cheveux coupés; le corps lavé, etc. Dans un souci de rigueur, il faudra rejeter les échantillons suspects, comme ceux présentant une bile chargée ou une haleine fétide. La moindre trace d’alcoolémie ou de nicotine devra être tout autant éliminatoire.
Bref, la méthodologie doit être irréprochable.

Evidemment, le résultat peut varier d'un individu à l'autre, en fonction de son âge, sa taille, son poids, ses habitudes alimentaires, sa pratique du sport, sa voiture et ses horaires de travail (s’il en a un).
Il s’agit de moyenne.
Disons, pour fixer les idées, que cette analyse correspond à celle d’un individu de corpulence moyenne, sain et vigoureux, de la région Parisienne qui passe un tiers de son temps à dormir et le reste à rêver.
Voilà pour les explications.

Inévitablement, quand on découvre ces chiffres, on est curieux de savoir le goût du potage.

On pourra s’en faire une idée en mélangeant dans un batteur-mixeur de qualité 100 grammes de Camembert  (AOC à 20 % de matières grasses), 38 centilitres d’eau distillée, 4 grammes de romsteak bien rouge, une pincée de sucre blanc (2 grammes), une noix de beurre (2 grammes), et une petite cuillère de la boue industrielle d’un dépotoir standard (10 grammes).

Evidemment, tout cela sera plus intéressant quand on connaîtra la composition chimique d’un homme heureux. 

(c) M.DALMAZZO

 


 

 

Posté par MichelDalmazzo à 17:21 - Des nombres - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

    Bon appétit

    Super découpage, mais ça ne me donne pas envie d'être cannibale LOL
    Posté par Françoise, 02 juin 2015 à 18:36
  • Salut chenapan. On apprend toujours avec toi. Mais pourquoi me vois-je si différent..?
    Voici ma composition :
    1% de titane dans le fémur
    63% de douleurs rugbystiques
    22% de culpabilité
    23% de remords
    0,006% de misère
    et 47% d'optimisme stupide (ce qui explique l'excès de %age)
    Bien à toi, Jean.
    Posté par zorba, 02 juin 2015 à 20:14
  • Cannibale?

    Bonjour, Françoise, je te comprends.. ça ne me viendrait pas à l'idée de dévorer mon prochain, ou ma prochaine, sauf peut-être des yeux.. Ce qui ne m'empêche pas de penser que le meilleur des plats dépend de la personne avec laquelle on le partage... Merci pour ton sourire.
    Posté par MichelDalmazzo, 03 juin 2015 à 08:46
  • Salut Jean.. Il en faut de l'optimisme pour supporter une telle combinaison de peines et de douleurs! Mais, ça ne me surprend pas: l'optimisme est un symptôme, la maladie est plus profonde. Elle ne trompe pas les poètes. Et je devine que tu en es.
    Je t'envoie un paquet de bonbons virtuels, ce genre de sucreries console et ne fait pas grossir. Merci pour tes confidences. A+, Mjchel.
    Posté par MichelDalmazzo, 03 juin 2015 à 09:09

Poster un commentaire