Perlimpinpinologie, humour et philosophie

Humour, littérature, science, poésie, philosophie... Petits textes de perlimpinpinologie, domaine d'étude imaginaire se trouvant à l'intersection de tas de choses. Auteur Michel DALMAZZO.

06 juin 2015

Un plan çon

Ne confondez pas planton, plancton et plançon.

 

planton

Le planton est un humain planté à proximité d'un haut personnage, gradé, ministre, président de la république, dirigeant de multi-nationale, parfois même vedette de variété... 
C'est le plus souvent un homme jeune, car le travail est pénible. Il faut rester debout longtemps et faire preuve de patience. S'il n'y avait cela, on prendrait des femmes (et on pourrait dire plantonne), car les femmes sont plus souriantes que les hommes et n'ont aucun problème de prostate. 
Le planton passe le plus gros de son temps à attendre les ordres. Ce peut être un ordre futile, comme aller chercher un café, des cigarettes, un verre propre, ou un ordre important comme transmettre un pli important à quelqu'un d'important (car la poste et les télécommunications ne sont pas sûres). Il peut aussi agir de sa propre initiative. Par exemple, informer son patron de l'arrivée d'un journaliste, d'un terroriste ou, plus fréquemment, d'un pli top-secret apporté par un confrère planton. 
Bref, l'étendue de ses missions et de ses responsabilités est très grande.
Comme synonyme, on utilise factionnaire, garde, sentinelle. A tort, car le planton n'a rien à garder si ce n'est son sang froid quand on lui tire la langue. De plus, il n'est pas nécessairement armé. On ferait mieux de dire secrétaire, coursier ou ordonnance, mais pas larbin car larbin est péjoratif. Le planton, lui, n'a pas à rougir de son boulot de planton.
Voilà pour le planton.

Le plancton c'est tout autre chose. On désigne par là l'ensemble des organismes de petite, voire de très petite taille, animaux et végétaux, qui vivent en suspension dans les liquides plus ou moins salés de la planète: algues, petits crustacés, crevettes, méduses, et toute sorte de friandises que les baleines consomment sans modération (d'où leur grosse taille). L'absence de synonyme oblige l'écrivain qui veut varier son style à abuser des périphrases (ce qui rend les romans aquatiques assez pénibles à lire).

Et enfin, plançon. Le mot est rarement utilisé car personne ne sait que le plançon est une branche qu'on taille en biseau et qu'on met en terre pour qu'elle prenne racine. 
Ce qui n'empêche pas les confusions.

Planton, plancton, plançon, quel que soit le plan, je ne saurais trop recommander la plus grande vigilance orthographique.

(c) M.DALMAZZO

 


 

Posté par MichelDalmazzo à 20:34 - Des mots - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    Le plançonneur.

    En somme, je plançonne tous les jours sans le savoir tel Monsieur Jourdain car je ne cesse de bouturer. La seule chose que je n'aie jamais réussi à plançonner, ce sont les manches à balai, et encore parce qu'ils étaient trop secs .
    Merci encore pour tes angles de vue iconoclastes, ils sont rafraichissants par ces quasi-canicules. Précisons que plançon (j'ai vérifié) figure bel et bien dans le Littré, vous pouvez faire confiance. Comme quoi, tu ne dis pas que des conneries.
    Alors profitons de l'occasion pour faire savoir à tes lecteurs que "instrumentalisation" dont on nous rebat les feuilles, n'existe pas, en revanche existe "instrumentation", beaucoup plus simple et élégant.
    A bientôt chenapan.
    Posté par zorba, 10 juin 2015 à 20:40
  • Plan sonneur

    Tu ne m'étonnes pas, Zorba! Plançon est un terme qu'on ne trouve pas facilement dans les jardins. Il faut errer dans les bibliothèques poussiéreuses (là où le soleil ne doit pas entrer), pour le découvrir, triste, ignoré, boudeur.. Les spécialistes parlent plus facilement de la PMA (technique très voisine, il est vrai) que des droits du plançon.. Triste époque.
    Autre point, j'ai trop de respect pour mes (nombreux) lecteurs, pour pratiquer la sonnerie sans vérifier mes sources (de courant), sapristi!
    Enfin, méfie-toi de Littré. Il a bien vieilli.
    Merci pour tes sourires.. Ils me font du bien.
    Posté par MichelDALMAZZO, 11 juin 2015 à 13:04

Poster un commentaire