Perlimpinpinologie, humour et philosophie

Humour, littérature, science, poésie, philosophie... Petits textes de perlimpinpinologie, domaine d'étude imaginaire se trouvant à l'intersection de tas de choses. Auteur Michel DALMAZZO.

19 juillet 2015

126 marches

escalier

Quand l'ascenseur était en panne, il fallait monter 126 marches pour rejoindre notre appartement au neuvième étage. 
Je dis 126 mais je ne m'en souviens pas vraiment. 
Pourtant, je l'ai monté et descendu tant de fois cet escalier que j'ai forcement compté. C'est le genre de choses que j'ai toujours fait, pour jouer, pour patienter, pour me rassurer. 
Mais là, j'ai oublié. 
Alors, pour dire 126, j'ai réfléchi un peu. 

D'abord, le nombre de marches par étage était un nombre pair car l'escalier zigzaguait au rythme de deux segments égaux par étage: un zig tout droit jusqu'à un petit palier puis, après avoir fait demi-tour, un zag identique jusqu'à l'étage supérieur.
Ensuite, les appartements devaient faire 2m40 de plafond. Je n'ai jamais mesuré, mais c'est l'idée que je m'en fais. 
En prenant 20cm par marche (j'ai trouvé ça sur Internet), 2m40 représentent 12 marches par étage. Là-dessus, j'ai ajouté 2 marches pour compter l'épaisseur des dalles qui séparent les étages. Et voilà pourquoi, en comptant 14 marches par étage, j'ai trouvé 126 marches.

126, ça me dit quand même quelque chose mais ce n'est pas vraiment un souvenir.

Par contre, Je me souviens très bien du béton. C'est facile: le béton il y en avait partout. Je le reconnais à l'oreille. Les cages d'escalier résonnent comme des cavernes. Les ombres sont des cris.

Je me souviens aussi que le sol etait couvert de petits carreaux de 5cm de côté, beiges, tachetés de rouge, un rouge sombre comme du sang séché. 5cm environ, peut être 6 ou 7, mais pas plus. À moins que je confonde avec le carrelage d'un autre endroit. Peut-être la classe de physique-chimie au collège, celle qui a brulé, ou celui de la piscine. Je ne sais plus.

Les murs étaient revêtus d'un crépi granuleux, protégé par une peinture beige, épaisse comme une chair. Ça, j'en suis sûr. Parfois, les jours où je me sentais fort, j'y frottais mes doigts en passant, ça me faisait frémir, et je me sentais encore plus fort.

Je me souviens aussi de la rampe, en acier noir et froid, arrondie aux extrémités, portée par une grille épaisse comme une cage.

Je revois aussi la lucarne sur chaque palier et les plafonniers électriques aux lampes éclatées.

Voilà c'est tout.

Je ne sais rien de plus, il faudrait que je fouille dans ma mémoire mais je ne veux pas essayer; maintenant, les escaliers me font peur.

 (c) M.DALMAZZO


 

Posté par MichelDalmazzo à 19:51 - Des nombres - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    Escaliers...

    J'habitais au 13ème étage Il y avait deux ascenseurs et, rarement il faut l'avouer, il est arrivé qu'ils soient en panne en même temps.
    Ben ça fait beaucoup de marches que je n'ai pas comptée, j'étais plus jeune alors et j'y arrivais, mais aujourd'hui je m'inviterai chez les personnes qui habitent au rez de chaussée... LOL
    Posté par Françoise, 19 juillet 2015 à 20:01
  • La cave

    Je me souviens de la cave chez mes parents, il fallait sortir dehors pour y accéder elle faisait 12 marches et puis un jour ma mère les a monté trop vite et est tombée sur celles de face qui conduisaient à la maison, elle ne les a jamais plus empruntées... Les escaliers me font peur aussi
    Posté par AL1, 19 juillet 2015 à 20:08
  • Qui dit mieux

    Effectivement, Françoise, 13 étages ça commence à compter.. Mais j'ai fait mieux: nous avons habité au seizième étage, et, même si l'ascenseur n'est jamais tombé en panne, je les ai monté deux fois à pieds: l,ascenseur n'était pas assez grand pour embarquer la moquette..
    Ceci dit nous avions une belle vue sur ... des immeubles plus hauts encore.
    A bientôt..
    Posté par MichelDalmazzo, 19 juillet 2015 à 21:52
  • La cave

    A dire vrai, tout dépend de l'endroit où conduisent les escaliers. De façon générale, ma peur étant surtout symbolique, je crains surtout les escaliers qui descendent. (n''est-ce pas la direction de l'enfer?) Mais, j'apprécie la direction si elle me mène à la cave, à condition qu'on y trouve de bons vins et de bons amis..
    A+
    Posté par MichelDalmazzo, 19 juillet 2015 à 22:00
  • les marches du souvenir

    De l'art de camoufler, derrière les calculs savants, la puissance du souvenir...
    Posté par Nicole Giroud, 15 septembre 2015 à 09:49
    • Tu as raison, Nicole.. Calculer, mesurer, compter, c'est le meilleur moyen de se protéger. Le nombre délimite, endigue.. on ne possède vraiment, dans tous les sens du mot, que ce que l'on a su chiffrer, que ce soit son compte en banque ou son compte en souvenirs.. c'est le prix de l'illusion.
      Je t'embrasse..
      Posté par MichelDalmazzo, 15 septembre 2015 à 12:29
  • zut

    Zut alors... j'arrive en retard... j'avions pas repéré ton retour de vacances.
    Alors... tes escaliers sont effectivement des escaliers de pauvre (gain de place oblige) car ils mesurent à ton idée 20 cm la contre-marche alors que la norme c'est 17 cm de contre-marche (hauteur) et 23 cm de marche (là où tu poses le pied). Je comprends qu'ils t'aient fait peur !
    Mais ce que j'aime surtout, c'est ta réponse à Nicole. Je cite (je ne vais quand même pas m'en priver) : "calculer,mesurer, compter, c'est le meilleur moyen de se protéger. Le nombre délimite, endigue..."
    T'es décidément un sacré philosophe. Y a pas à dire. "Endigue". C'est le mot.
    Posté par zorba, 08 octobre 2015 à 20:53
    • Salut Zorba,
      Ne crains pas d'être en retard!
      S'il y a bien un domaine où être en avance ne sert aujourd'hui à rien, c'est celui de la lecture: la page blanche n'a aucun intérêt et cela fait elle lurette qu'on ne sent plus l'encre quand la page est remplie.
      Je me trompe! il y a un autre cas où être en avance est encore plus nul: celui de notre dernier soupir. Retenir sa respiration est aussi funeste que d’aspirer à pleins poumons (contrairement au baiser d'amour).
      Bref, le bon moment n'a pas d'heure.. comme la philosophie. Non?
      Et c'est toujours un plaisir de te retrouver..
      Posté par MichelDalmazzo, 11 octobre 2015 à 19:53

Poster un commentaire